lun. Juil 15th, 2019

#LesGaboNET – CHOISIR ENTRE ALI BONGO, JEAN PING ET LE GABON

Les deux premiers ont leurs soutiens. C’est une certitude. Je peine à voir les soutiens du Gabon… c’est une inquiétude.

Dans notre pays, exiger la démocratie sans exiger le respect d’un certain nombre de valeurs morales sera toujours une entreprise de dupes. Dire que seul le suffrage d’une élection compte, peu importe comment on en obtient la majorité numérique, sera toujours une escroquerie. Surtout, quand on s’indigne devant certaines révélations du fameux complément d’enquête de France 2, Bourgi et cie.

Si on considère le Clan Bongo comme tous ceux qui ont été avec Bongo Père pour la construction et le maintien de son système… Ledit clan comprend alors tout aussi ceux qui ont des liens de famille et d’alliance et qui bénéficient ou ont bénéficié directement ou indirectement des montages financiers qui feraient une belle concurrence aux ressources affectées au Trésor public depuis des décennies…

Dans un pays où ces valeurs morales sont encore le socle du vivre-ensemble, et même sous la présomption de notre innocence, on se met en marge de la gestion des affaires publiques. Et souvent à la disposition de la justice. Ici, au contraire, être proche de ce type d’affaires est signe de puissance. Et suscite même de l’admiration.

Ceux qui se réclament du peuple ne doivent-ils pas en tirer les conséquences logiques et avoir l’honnêteté intellectuelle de disqualifier dès maintenant toute cette classe politique? A défaut de l’inviter à ne plus jouer de premier rôle si tant est qu’elle a toujours son mot à dire ?

Si les accusations sont fondées… Qui peut croire à la toute innocence de Jean Ping qui a été le compagnon de Pascaline Bongo présentée dans ce documentaire comme une des pièces maîtresses ? L’aurait-il dénoncée ?

Si les accusations sont infondées… Au lieu de nous distraire par presses interposées… au fil des pamphlets médiatiques entre le porte-parole du Gouvernement, Bilié By Nze, et Bourgi… Pourquoi tout ceci ne finit pas devant les tribunaux ?

Le président Ali Bongo va-t-il porter plainte ? Les membres de la Famille Bongo vont-ils rester de marbre devant les accusations les rendant clairement coupables de détournements de fonds publics ? Qui laisserait la mémoire de son Père ainsi salie ?

Pourquoi la Justice gabonaise reste-t-elle silencieuse? Le procureur de la République n’a rien entendu et rien vu ? C’est quoi ce pays ?

Autrement, il faut avoir la certitude que la bataille des forces invisibles, des milieux d’affaires et des réseaux officieux qui a lieu sous nos yeux n’épargnera pas les spectateurs. D’une façon ou une autre.

Le bien commun qu’est le Gabon est malmené de toutes parts… Que font ses filles et fils? Ils défendent des personnalités politiques considérées comme au-dessus de leur pays ?

Faut-il d’autres preuves pour montrer le peu d’attachement envers ce pays ? Que les gens n’élèvent la voix que pour défendre la source de leurs revenus ? Ou leurs calculs politiciens ? Qui viendra nous parler de cohésion nationale ? D’unité nationale? On voit bien ce qu’elles valent à l’épreuve…

Il n’y a de cohésion et d’unité ici qu’autour d’Ali Bongo ou Jean Ping… avant que, demain, d’autres figurent ne les remplacent comme hier pour Omar Bongo.

En vérité… Du Gabon, on s’en fout !

Meboon

Laisser un commentaire